2008-2015 © Stéphanie Claverie - All rights reserved - Tous droits réservés

29 août 2015

Vente de grains de kéfir de fruit

Grains de kéfir de fruit
Me voilà de retour au kéfir, mais cette fois-ci, de fruit et non plus de lait. Plus facile à mettre en œuvre et à consommer (notamment pour ceux qui ne sont pas fans de produits laitiers), ces merveilleux petits grains translucides permettent de préparer une délicieuse boisson naturelle bénéfique pour la santé grâce aux probiotiques qu'elle contient. Les grains de kéfir de fruit sont, comme ceux pour préparer le kéfir de lait, des agrégats de nombreuses espèces de micro-organismes (bactéries et levures) vivant en symbiose. On en dénombre une trentaine en moyenne, la composition variant selon la provenance des grains.

Les grains à l'essorage avant de se remettre au boulot !
Pour expliquer succinctement le fonctionnement : les grains se nourrissent du sucre des fruits (figues sèches et citron pour la recette de base) et du sucre en poudre que l'on rajoute lors de la préparation. Le fructose et le glucose sont dégradés en majeure partie en éthanol et en dioxyde de carbone, ce qui fait que le kéfir est une boisson très peu sucrée et finement pétillante, à consommer sans modération car sa teneur en alcool est très faible (moins de 1%).

Elle remplacera avantageusement dans votre frigo les jus de fruits et autres sodas délétères pour la santé. En plus, quand c'est fait maison et avec amour, avec de bons ingrédients bio, de l'eau de source (la plus "légère" possible en terme de minéralisation - moins de 100 mg/l), c'est toujours meilleur !

L'étape de fermentation, dans un bocal hermétique
Du coup, comme mon élevage personnel se développe à vitesse grand V, je vends mon surplus de grains : 7,80 €, frais de port inclus, pour 100 g de grains (de quoi préparer 1 litre de boisson).

Avec chaque envoi je fournis la recette de base de préparation de la boisson, clairement détaillée. Vous verrez, c'est très simple, cela représente au maximum un quart d'heure de travail tous les deux jours.

Pour commander des grains, me contacter en cliquant ici.

La divine boisson prête à consommer !
Pour en savoir plus sur le kéfir (de lait, mais le principe est exactement le même pour celui à base de fruit), lire la Saga du kéfir de lait (en 4 parties, les liens s'enchaînent à partir du premier article).

A votre santé ! :-)

9 janvier 2015

Charlie...

La solidarité n'a pas de frontières... même entre les espèces : Ripitchip dit Pitou est aujourd'hui lui aussi un Charlie...


30 juin 2014

Découvrez ma nouvelle activité : UN ECRIVAIN A VOTRE SERVICE

Un écrivain à votre service a pour but de répondre à tous vos besoins en écriture au quotidien, que ce soit dans votre vie personnelle ou professionnelle.

Rédaction - Réécriture - Correction
 
Transcription - Traduction français/anglais
 
 Venez visiter mon site dédié à cette activité :



http://unecrivainavotreservice.blogspot.fr

Bonne découverte !

12 février 2013

Habemus nullus papa

"In psecutione. extrema S.R.E. sedebit. Petrus Romanus, qui pascet oues in multis tribulationibus : quibus transactis ciuitas septicollis diruetur, & Iudex tremendus iudicabit populum suum. Finis."


 "Dans la dernière persécution de la sainte Eglise romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple."

Prophétie de Saint Malachie

Du nouveau à l'horizon ? Attendons de voir la fumée blanche... Let go and see... 

31 janvier 2013

La médecine est-elle une science ?

Je voudrais vous faire partager un texte d'Alexandre Imbert, dont j'ai déjà parlé dans ce blog, qui est directeur de la publication d'Alternative Santé. Il démythifie brillamment la pensée dominante, écrasante qui veut nous inculquer jusqu'au plus profond de nos gènes, l'idée que la médecine est une science réservée à une élite, avec des lois immuables, des dogmes qu'il est hors de question de remettre en cause, sous peine d'être brûlé sur le bûcher des hérétiques...
Je vous laisse savourer cette démonstration et réfléchir au sujet... Bonne lecture !


La médecine est-elle une science ? C'est ce que l'on tente de nous faire croire depuis une cinquantaine d'année mais rien ne permet pourtant de l'affirmer.
Non la médecine n'est pas une science puisqu'elle ne donne pas lieu à des découvertes scientifiques obtenues à partir de méthodes d'investigations rigoureuses, vérifiables et reproductibles. L'actualité médicale nous le prouve tous les jours : les méthodes sont douteuses, obscures et aléatoires...
Oh, bien sûr, la médecine s'est dotée d'outils technologiques puissants, mais cela n'en fait pas une science pour autant, sinon la téléphonie et l'internet seraient des sciences. Elle n'est pas non plus capable de diagnostiquer à coup sûr une maladie (malgré des analyses aussi nombreuses qu'imparfaites), ni de soigner toutes les personnes atteintes d'une même pathologie avec un même remède.
La pharmacie n'est pas non plus une science en tout cas, pas une science exacte. Sinon, les femmes ne mourraient pas d'avoir pris la pilule !
Vous allez me dire qu'il existe aussi les sciences sociales qui n'ont pas la rigueur des mathématiques. Mais il y a ici aussi une différence fondamentale, c'est qu'une science se définit notamment par une acceptation de la critique et par sa capacité à se réviser elle-même. Une vraie science a pour moteur sa propre remise en cause, ce qui n'est le cas ni de la médecine, ni de la pharmacie... Il faut l'admettre.
La médecine n'est donc pas une science. Ouf ! Ça c'est fait !
Il s'agirait plutôt d'un art alors. Mais alors pourquoi réserverait-on cet art aux seuls diplômés de médecine ? Comme si on ne pouvait être artiste peintre qu'à la seule condition d'avoir fait les Beaux-arts. Il y a des impératifs de santé publique me dira-t-on. Ce sont donc les autorités qui définissent qui est artiste et qui ne l'est pas. Un peu comme en Corée du Nord et chez les Talibans, est-ce bien cela que vous voulez dire ?
Et puis, en matière d'impératifs de santé publique, il ne me semble pas que l'on soit si vigilant que cela... Allez donc faire un tour dans les hôpitaux et tâchez d'en revenir sans avoir attrapé un staphylocoque. Allez aussi espionner les sages qui valident les médicaments et observez les mouvements sur leurs comptes bancaires...
Alexandre Imbert