Textes et photos © LupaLibera - Tous droits réservés

mercredi 22 février 2012

La saga du kéfir de lait - Partie 3 - Les bienfaits pour la santé

Pour retrouver tous les articles de la saga du kéfir de lait en un clic :
Episode 1 - Historique
Episode 2 - Fiche technique
Episode 4 - La préparation
 
Dans ce troisième épisode de la saga du kéfir de lait, je vais aborder le vaste et controversé sujet de ses bienfaits. Controversé, d'une part car cela touche à un domaine ultra sensible (et juteux...) - celui de la santé - et d'autre part car le kéfir fait partie de la famille des produits laitiers, qui a autant de prestigieux et farouches détracteurs que d'adorateurs inconditionnels. Les deux ayant des arguments scientifiques valables pour défendre leur point de vue (et beaucoup d'arguments financiers du côté des pro-lait...).

Je me place ici en position d'observatrice et d'expérimentatrice. Je me suis beaucoup documentée au sujet des produits laitiers. Comme je suis curieuse, avide de nouvelles connaissances et toujours prête à évoluer, je suis passée ensuite à la phase expérimentation. Les argumentaires en faveur des effets nocifs des produits laitiers me paraissant plus pertinents que ceux prônant leur suspecte adoration inconditionnelle et leur consommation à outrance (vous savez, "nos amis pour la vie"...), j'ai alors mis un sérieux coup de frein à ma consommation de yaourts et de fromages (j'en étais pourtant très gourmande !), m'autorisant parfois quelques petites entorses avec des fromages bio au lait cru de chèvre ou de brebis. Je ne buvais déjà jamais de lait, donc de ce côté-là, pas de frustration. J'ai constaté au bout de quelque temps (de l'ordre de plusieurs semaines) des effets positifs sur mes différents petits soucis de santé (qui étaient plus des gênes que des problèmes) : peau, digestion, contractures musculaires, etc. L'amélioration la plus importante ayant été du côté digestif.

L'expérience était donc plutôt concluante. Cela rejoignait, entre autres, les recherches du Dr Jean Seignalet ("L'alimentation ou la troisième médecine"), qui a introduit et développé le concept d'alimentation ancestrale (sans céréales (gluten), sans laitages, crue ou légèrement cuite à basse température) comme facteur essentiel de guérison de la plupart des maladies, même les plus graves.

Pour le Dr Seignalet le problème majeur du lait réside dans la différence de structure entre les protéines qu'il contient et celles du lait humain, ainsi que la présence de facteurs de croissance qui permettent à un veau de prendre plus de cent kilos en un an (dans le cas du lait de vache).

Puis j'ai rencontré le kéfir de lait. Qui m'a rappelé que tout n'était pas blanc ou noir en ce monde... car lorsque j'ai lu tous les bienfaits rapportés depuis des millénaires au sujet de cette boisson ancestrale, cela m'a bousculée dans tout ce que j'avais lu auparavant... avec le bon sens vital qui prévalait "avant", des dizaines de peuples dans le monde n'auraient tout de même pas continué à consommer un produit qui se serait avéré néfaste pour leur santé ! Alors, comme à mon habitude, j'ai enquêté, puis expérimenté.

Bien sur, comme pour beaucoup d'autres produits, je suis tombée sur une pléthore de sites Internet où le kéfir est présenté comme LE produit miracle qui permet la guérison des maladies les plus graves, divinisé par des "gourous" qui pour la plupart cherchent surtout à se faire du fric ! Du genre on fait n'importe quoi à côté, mais on prend du kéfir et tout va bien... j'en reviens à ma conception holistique, globale, de la santé. Cette notion de produit magique, unique et suffisant est malheureusement un grand classique (à commencer par la médecine allopathique qui est construite sur cette croyance), un peu comme le monde attend toujours LE messie.

J'ai fait le tri dans tout cela. Parmi les faits indiscutables : la richesse du kéfir en probiotiques, tant en quantité qu'en diversité de souches. Ce sont les fameuses bactéries lactiques que nous avons présentées dans le deuxième épisode.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui produisent des effets bénéfiques sur la santé de l’hôte. Ils vont favoriser le développement d'une flore intestinale saine (on a vu précédemment que l'acidité des bactéries lactiques empêchait le développement de bactéries pathogènes), qui est d'une importance capitale au niveau de la santé, notamment de l'immunité. Même sur le site du fameux Actimel de Danone, on trouve l'info suivante : "70% des cellules immunitaires se trouvent dans l'intestin". Bon, ceci dit cela ne les empêchent pas de nous donner de la merde à bouffer...

Comme aucune étude sur les effets du kéfir sur le corps humain n'a été publiée, les bienfaits mis en avant sont uniquement issus de l'expérience des gens qui les relatent.

Ils sont de différents ordres, et somme toute logiques du fait de la teneur du kéfir en probiotiques :

- en premier lieu, au niveau digestif : régulation du transit, amélioration des différents désordres gastro-intestinaux, soulagement - voire guérison - des ulcères à l'estomac
- renforcement de la résistance de l'organisme par l'augmentation des défenses immunitaires
- activité anti-inflammatoire
- action dans la guérison des affections respiratoires comme la bronchite, l'asthme, les allergies

Ensuite on trouve citées une liste de propriétés qui relèvent plus de la croyance en ce fameux remède miracle : anticancéreuses, bénéfices sur la réduction du cholestérol, sur les maladies cardio-vasculaires, les maladies de peau, etc. bref, un peu de tout.

Quand je disais que les probiotiques étaient mis à toutes les sauces et pas les meilleures, j'aimerais prendre l'exemple de la recette la plus connue : le fameux Actimel de Danone.
Grâce à un marketing d'enfer, il s'est largement imposé comme LE geste santé du petit-déjeuner. Je vous avoue que je suis moi aussi tombée dans le panneau lors de son lancement... depuis je me suis réveillée !

Actimel ne contient qu'un seul type de ferment, le "L. casei Danone":


Oui oui, vous avez bien lu : Danone a breveté un ferment ! Encore un exemple d'appropriation du vivant par l'homme, quelle prétention... Danone se cache derrière des publications "officielles", derrière d'éminents scientifiques qui travaillent à la fois pour eux et pour les gouvernements (voir les multiples polémiques sur les déclarations de conflits d'intérêts...). Ils font croire que seule une entreprise de leur envergure est à même de créer pour nous ce qui est bon pour notre santé, car cela demande un savoir et des moyens inaccessibles au commun des mortels... Du coup, ils peuvent nous le vendre au prix qu'ils décident en nous rendant dépendants, englués dans nos peurs bien soigneusement entretenues et amplifiées et dépossédés des savoirs de nos ancêtres ! C'est comme si on avait fait un lavage de cerveau hyper puissant à très grande échelle pour que tous les hommes oublient ce que les générations avant eux avaient comme savoirs et comme sagesse.


Le kéfir est un aliment naturel, entier, brut. Il renferme toute la merveilleuse complexité du vivant, cette alchimie que seule la Nature peut créer. Actimel est un aliment artificiel, industriel, sélectionné, reconstitué, aseptisé à outrance, dans lequel seules les molécules comptent.

On retrouve le même principe dans la comparaison entre les médicaments synthétiques et les plantes médicinales. La plante représente un totum, un ensemble cohérent de molécules actives, qui assure une synergie, une bio-compatibilité et une protection optimales. Les médicaments chimiques sont de pâles copies de molécules purifiées, isolées où les notions de bio-compatibilité, d'ensemble homogène et de synergie sont absentes.

L'autre chose à questionner c'est : de quel lait part-on pour fabriquer du kéfir ? Dans le Caucase, par exemple, le lait est plus que bio, il est brut, non trafiqué de quelque manière que ce soit. Je suis de plus en plus persuadée que ce n'est pas le type de lait (vache, chèvre, brebis, jument, ânesse) qui a une importance (contrairement à ce qui se dit, notamment dans les milieux "bio"). Tous ces laits présentent des compositions suffisamment proches pour qu'il puisse y avoir une différence notable dans le fait de consommer l'un ou l'autre. Ils sont tous autant différents du lait humain. En revanche, je pense que les divers traitements que l'on fait subir au lait ont une grande influence sur sa qualité en tant qu'aliment : lorsqu'on le chauffe soit par le procédé UHT, soit par la pasteurisation, on modifie sa structure et surtout on tue toute vie en lui. Ce qui laisse ensuite la place à des bactéries "pathogènes" qui n'auraient pas pu se développer si les bactéries naturelles du lait étaient vivantes... le lait UHT est potentiellement plus dangereux que le lait cru !

Le Dr Seignalet a certainement raison sur de nombreux points et son apport dans le rôle de l'alimentation pour la guérison de graves maladies est considérable. Je ne me permettrais pas de prétendre le contraire face à une vie entière de recherches sur le sujet. Mais j'ouvre des pistes : il n'a pas pu tout étudier, je ne pense pas qu'il se soit intéressé au kéfir, en tous cas je n'ai rien trouvé à ce sujet.

Plusieurs pistes seraient intéressantes à explorer :

- procéder à des analyses poussées qui permettraient de doser les différents composants du kéfir, de déterminer ceux qui sont actifs (comme le mystérieux kéfiran), de montrer quelles modifications apparaissent lors de la fermentation lactique, comment les protéines (caséines) sont touchées, si elles ne sont pas transformées en molécules assimilables par l'organisme, de savoir ce que deviennent les autres composants jugés inadaptés à l'humain, ce qui expliquerait les effets bénéfiques.

- mener des études sur le terrain en comparant les effets de la consommation de kéfir sur les personnes qui souffrent de diverses pathologies ou simplement sur ses effets préventifs et de maintien de la santé.

Pour en revenir (et terminer) sur mon expérience personnelle, je prend l'équivalent d'un yaourt de kéfir par jour depuis 3 mois environ maintenant, et j'en donne aussi quotidiennement à mes chiennes avec leur nourriture (deux grosses cuillères à soupe par repas pour 25 kg de toutou). Et ça va très bien ! Au sens naturopathique de "aller" : transit parfait pour tout le monde ! Ce que je peux dire avec certitude c'est que je ne retrouve pas les effets négatifs des produits laitiers classiques et que je ressens même plutôt des effets positifs.

Je crois que c'est encore une fois le bon sens et l'intuition qui doit nous guider. Et la modération dans la consommation : tout excès d'une substance même très favorable se traduira par une inversion des ses effets, qui deviendront négatifs.

Dans le quatrième et dernier épisode de la saga du kéfir de lait, je vous expliquerai comment préparer le kéfir à la maison et je vous donnerai quelques idées sur la façon de le consommer.

Pour acheter des grains, du kéfir ou pour toute autre question sur le sujet, cliquez sur le lien ci-dessous !